Vous êtes ici : accueil / actualités / Quelques travaux menés dans le cadre du CEBA présentés au Méxique

Quelques travaux menés dans le cadre du CEBA présentés au Méxique

Jean-François Guégan, de l’UMR MIVEGEC, a été invité à donner deux conférences au Mexique, et à y présenter en particulier les travaux réalisés dans le cadre du LabEx CEBA.

A. Siffedine, IRD, Mexique

A. Siffedine, IRD, Mexique

Une première conférence1 a été donnée à San Cristobal de las Casas, Chiapas, organisée conjointement par le congrès mondial sur les maladies de la faune sauvage, le congrès latino-américain sur les maladies de la faune sauvage et l’association mexicaine Kalaan-Kab.

Le but de cette conférence était de faire ressortir l’influence importante des changements écologiques et de la biodiversité sur les maladies infectieuses émergentes et les maladies tropicales négligées. Le cas de l’ulcère de Buruli a été abordé. Les travaux sur l’ulcère de Buruli font partis des activités de recherche du LabEx CEBA. C’est une maladie émergente de la peau qui est causée par la mycobactérie Mycobacterium ulcerans, et dont les écosystèmes aquatiques tropicaux représentent le réservoir naturel. Les principaux effets sont une nécrose de la peau et des tissus sous-jacents. Les études ont démontré que des infections se déclenchaient comme suite à une combinaison de plusieurs facteurs en cascade dont les précipitations à court et moyen termes ainsi que la modification des habitats naturels sous l’effet de la déforestation et de l’utilisation des terres. Ces conditions induisent en retour des changements dans la composition des communautés d’espèces hôtes et non-hôtes impliquées dans la transmission du bacille à l’humain. Ces travaux mettent en lumière l’importance de mieux prendre en compte les facteurs et déterminants proximaux et distaux impliqués dans le phénomène d’émergence de nouvelles maladies infectieuses.

Une seconde conférence2 s’est tenue à l’Université Nationale Autonome de Mexico, placée sous l’égide de cette même université, de l’Ambassade de France au Mexique, de l’IRD ainsi que du LabEx CEBA.

L’objectif de la conférence donnée était de présenter la part de responsabilité du changement climatique dans l’émergence et le déclenchement d’épidémies de maladies infectieuses dans le monde. Il s’avère qu’il n’existe à l’heure actuelle pas suffisamment de données sur le long terme pour pouvoir associer les cas de maladies aux changements climatiques. Pour Jean-François Guégan, il est donc important de répertorier ces données au long terme notamment dans le cadre de programmes comparables au LabEx CEBA. Il est également compliqué d’associer l’évolution de la distribution spatiale de certaines maladies ou de leur hôtes vecteurs et réservoirs avec le changement climatique car il existe d’autres déterminants qui interagissent pour expliquer la présence et la répartition de cas infectieux. En outre, les maladies infectieuses émergentes dans le monde sont pour la plupart dues à la destruction des habitats naturels par les activités humaines et les conséquences en cascade qui s’en suivent (perte ou modification de diversité biologique, augmentation des contacts…). Pour affiner les résultats, il serait conseillé de développer des recherches sur le long terme et en analysant conjointement l’évolution des communautés animales et de leurs microbiotes soumis aux pressions humaines.

 

1 Buzzing emerging infectious diseases and neglected tropical diseases: ecological changes and biodiversity matter! San Cristobal de las Casas, 26 juillet 2017, Mexique.

2 Is climate change responsible for the actual emergence and spread of infectious diseases worldwide? Mexico City, 1 août 2017, Mexique.