Vous êtes ici : accueil / actualités / Quel serait le lien entre la déforestation et l’activité aurifère?

Quel serait le lien entre la déforestation et l’activité aurifère?

Selon une étude publiée récemment dans le journal “Environmental Research Letters”, il existe une forte relation entre la déforestation due à l’extraction de l’or et les prix de l’or à l’échelle régionale.

 

Les forêts tropicales en Amérique du Sud sont de plus en plus menacées par l’activité aurifère, une activité qui n’a cessé d’accroître depuis plusieurs années grâce à la forte demande mondiale et à l’augmentation des cours de l’or.  L’objectif de cette étude a été d’évaluer les moteurs régionaux et nationaux de la déforestation due à l’extraction de l’or sur le plateaux des Guyane. Les auteurs, dont deux sont membres du réseau CEBA, ont pu démontré ce lien en utilisant les données annuelles sur la déforestation englobant le Guyana, le Suriname, la Guyane Française et l’État d’Amapa du Brésil.  Ainsi, ces travaux fournissent la première évaluation à long terme de la déforestation due à l’orpaillage sur cette région.

Évaluer l’activité d’orpaillage associée à la déforestation a été un défi pour ces chercheurs car cela nécessitait des données de haute résolution spatiales et temporelles pour faire face à la petite étendue géographique et à la forte variabilité temporelle. A l’échelle nationale, ils ont pu mettre en évidence une différence entre le côté Est et Ouest de la région étudiée. Dans l’ouest, comprenant le Guyana et le Suriname, la déforestation due à l’orpaillage a énormément augmenté pendant la période prise en compte. En revanche dans l’est, qui consiste de la Guyane française et de l’état d’Amapa, la déforestation a stagné en raison des politiques environnementales plus strictes.

A travers ces travaux, les auteurs soulignent comment l’activité aurifère défie les fondements de REDD+ et fournissent des recommandations pour les décideurs concernant l’efficacité des politiques nationales actuelles contre l’orpaillage illégal.

Plus d’informations sur le site du CIRAD.