Vous êtes ici : accueil / science

science

Le projet scientifique du CEBA s’articule autour de six tâches principales.

Merci de cliquer sur la figure ci-dessous pour en savoir plus.

biodécouverte

Hypsiboas dentei © Antoine FouquetSeule une petite fraction de la diversité biologique a été décrite à ce jour. Comprendre la façon dont les organismes vivants ont évolué sur notre planète est un défi scientifique majeur. C’est une étape cruciale à la fois pour la mise en place de programmes de conservation et pour la découverte de nouvelles molécules potentiellement bioactives.

Seuls des inventaires intensifs peuvent permettre un échantillonnage minutieux de la biodiversité dans la forêt tropicale de Guyane. Le CEBA mène de tels inventaires afin de comprendre l’origine de cette diversité et les processus par lesquels elle se maintient. La biodiversité est caractérisée à la fois par des méthodes taxonomiques classiques et par des approches type code-barre ADN. Par exemple, le CEBA soutient le suivi de la faune des insectes vecteurs, des virus et des parasites réservoirs.

Retour au schéma

génétique et génomique écologique de l’adaptation

Gel d'électrophorèse en biologie moléculaireLa caractérisation des mécanismes permettant aux organismes de s’acclimater ou de s’adapter à un environnement changeant est au cœur de la science du CEBA. L’étude des fondements biologiques de la variation dans les traits adaptatifs, de leur plasticité et de leur héritabilité, joue un rôle central dans le projet. Les diversités fonctionnelle et génétique déterminent le potentiel d’adaptation des espèces, et même des réseaux d’espèces.

Le CEBA étudie la résilience des systèmes de reproduction aux variations démographiques et ses conséquences à long terme sur la viabilité des populations. Il étudie également la quantité d’adaptation existante et le potentiel d’adaptation des espèces dans un environnement abiotique et biotique fluctuant.

Retour au schéma

biodiversité et santé publique

Desmodus rotundus © Maël DewynterL’étude des maladies infectieuses émergentes ou ré-émergentes est un domaine de recherche de première importance en Guyane. La grande diversité des souches naturellement présentes dans l’environnement avec des hôtes sauvages ou des vecteurs recoupe un certain nombre de problèmes sociétaux clefs. Une recherche de pointe dans ce domaine aidera non seulement à améliorer la santé des populations en Guyane mais aussi à fournir d’importantes indications pour la gestion des maladies émergentes ailleurs dans les tropiques.

Le CEBA contribue à cette recherche en développant un programme de recherche de pointe. Par exemple, les pathogènes humains constituent un excellent exemple de microbiome pathogénique au sein même de l’humain. La présence ou l’émergence/ré-émergence des pathogènes peut s’exprimer différemment dans la population atteinte. Ce sujet est étudié par les chercheurs du CEBA à la fois au plan clinique et au plan évolutif.

Retour au schéma

processus écosystémiques et biodiversité

Eufriesea ornata © Sean McCannPour comprendre comment les espèces persistent dans leur habitat, on doit être capable de savoir comment elles interagissent avec les autres espèces, comment elles supportent des conditions climatiques contraignantes et comment elles utilisent les ressources de leur environnement. Plus de 90% des espèces de plantes tropicales dépendent des animaux pour leur pollinisation et/ou la dispersion de leurs graines.

Les scientifiques du CEBA étudient aussi la structure et la résilience de réseaux d’espèces en mesurant les interactions interspécifiques. Le CEBA produit également des mesures de haute qualité concernant la réponse physiologique des espèces aux conditions environnementales. Cette recherche s’appuie sur des dispositifs de surveillance sur le long terme déjà établis en Guyane, afin de mesurer les dynamiques de la forêt et les flux biogéochimiques.

Retour au schéma

modéliser la biodiversité dans le temps et l’espace

résilience des écosystèmes © CEBALa réalisation de scénarios pour l’avenir de la biodiversité est d’une importance cruciale en Amazonie. Les futurs possibles dépendent de manière critique des décisions prises aujourd’hui et sur ​​notre capacité d’anticipation. Les scénarios quantitatifs fondés sur les résultats de modélisation devraient donc jouer un rôle essentiel dans l’évaluation des impacts des décisions politiques et de gestion sur la biodiversité et les services écosystémiques.

Le CEBA coordonne un effort pour construire des scénarios quantitatifs pour l’avenir de la biodiversité tropicale. Des hypothèses sur les facteurs historiques et écologiques qui sous-tendent les patrons observés de diversité biologique sont testées. Les modèles seront utilisés pour établir des priorités sur les zones de conservation en partie fondées sur les services des écosystèmes tels que le stockage du carbone, l’intégrité du cycle hydrologique et minéral des nutriments, et la résistance à des attaques de ravageurs.

Retour au schéma

services de la biodiversité

Callichlamys Latifolia par F. Kuyuli © Guillaume OdonneLe CEBA relie la science fondamentale sur la biodiversité et les applications, valorisations et questions d’intérêt sociétal. Il met en avant les applications possibles de produits nouveaux dérivés d’organismes; sa mission est également de former et éduquer la société sur les liens possibles entre la recherche fondamentale et l’application pratique.

À titre d’exemple, le CEBA offre une occasion de rationaliser les essais de médicaments potentiels au sein de la Guyane à travers des collaborations entre chimistes, botanistes, et médecins. Une autre application majeure réside dans la valorisation de produits forestiers ligneux : le CEBA mène des études pour explorer le lien entre la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes dans cet écosystème complexe qu’est la forêt tropicale.

Retour au schéma