Vous êtes ici : accueil / actualités / Revenant d’une époque passée : un paresseux géant mis au jour en Guyane

Revenant d’une époque passée : un paresseux géant mis au jour en Guyane

Une découverte extraordinaire fait beaucoup parler de la Guyane ces derniers jours : Le fossile d’un paresseux géant vieux d’au moins 12 000 ans a été mis au jour ! Cette découverte, inédite en Guyane, c’est le paléontologue Pierre-Olivier Antoine du laboratoire ISEM, à Montpellier, qui a été chargé de l’analyser. Extrait à Atouka, près de Maripasoula, ce fossile ouvre la porte à la “paléontologie des géants disparus” en Guyane …

Une découverte inédite en Guyane

La mandibule et le maxillaire du paresseux géant ©Laurent Marivaux

L’histoire de ce paresseux géant aussi appelé Eremotherium laurillardi, s’arrête il y a 12 000 ans. Jusqu’ici, sa présence était déjà répertoriée dans d’autres parties de l’Amérique du Sud mais c’est la première fois que des scientifiques documentent sa présence en Guyane. Pourtant, la mise à jour de cette découverte sans précédent aurait très bien pu ne jamais avoir lieu… C’est un orpailleur clandestin, travaillant à la pompe à eau, qui a alerté le Parc Amazonien de Guyane de la présence du fossile sur son lieu d’extraction. Les agents du Parc ont alors dépêché une équipe de paléontologues coordonnée par Pierre-Olivier Antoine pour extraire les fossiles du linceul où ils reposaient depuis tant de temps.

Plusieurs fossiles extraits des sédiments

Début 2021, une première vertèbre fossilisée de ce paresseux géant avait été identifiée par Pierre-Olivier Antoine et son équipe. Mi-octobre, six paléontologues, biologistes et géologues membres du projet annuel TIMESPAN et en partenariat avec le Parc Amazonien de Guyane, les universités de Montpellier et de Guyane, se sont rendus sur place, près de Maripasoula, pour une nouvelle mission d’exploration. De cette opération, les chercheurs ont pu rapporter de nombreux nouveaux fossiles : “Nous avons à notre disposition des restes de sa mâchoire inférieure, du maxillaire, de ses vertèbres, de ses côtes et quelques éléments d’un bras.” confiait Pierre-Olivier Antoine à France Info.

Le lit d’une ancienne rivière à Atouka, âgée de plus de 12000 ans ©Pierre-Olivier Antoine

Cette découverte est techniquement et scientifiquement exceptionnelle sur le plateau des Guyanes. Jusqu’à ces dernières années, la Guyane était une « terra incognita » pour les paléontologues… Malgré leur potentiel paléontologique, les formations côtières du Pléistocène et les terrasses alluviales n’avaient encore livré aucun spécimen fossile continental. Ces morceaux de squelettes attestant de la présence de fossiles terrestres dans la région ouvrent pour la première fois la porte à la paléontologie de la “mégafaune néotropicale” en Guyane et en France en général.

Si les restes du paresseux sont pour l’instant analysés à Montpellier, au sein du laboratoire ISEM, c’est bien en Guyane qu’ils retourneront une fois toutes les recherches effectuées.

Un adolescent géant

Après analyse, l’équipe a pu déterminer que les restes de ce géant éteint correspondent à un individu subadulte mesurant environ 3 mètres de haut et pesant 2 à 3 tonnes. L’adulte pouvant mesurer jusqu’à 4 mètres, ce paresseux, à l’allure d’un éléphant-ours, n’était évidemment pas arboricole. Il pouvait surement se déplacer au sol avec beaucoup plus de facilité que son petit-neveu, notre contemporain perché sur son arbre bois canon. Eremotherium laurillardi dont le régime était végétarien, côtoyait au quotidien des tigres à dents de sabre ou des mastodontes, plus anciens encore que les mammouths.

Le média Guyane la 1ère revient en détails sur cette découverte hors du commun.

Les élèves guyanais en futurs Lara Croft !

En 2021, à l’occasion de ses 10 ans, le CEBA finançait quatre projets valorisant la recherche scientifique auprès du grand public. Dans les lauréats, Pierre-Olivier Antoine portait le projet “Paléobiodiversité de Guyane : kits pédagogiques pour les collèges, lycées et l’Université de Guyane“. Après une mission d’une semaine à Kourou et la campagne en forêt, celle permettant de mettre au jour ces nouveaux fossiles, l’équipe de chercheurs s’est rendue aux collèges Albert Londres 2 et Arsène Bouyer d’Angoma à Saint Laurent du Maroni pour y présenter le projet des kits pédagogiques. A leur grande surprise, les collégiens ont pu découvrir en “avant-première” les fossiles tout juste sortis de terre ainsi que les kits pédagogiques réalisés pour le projet financé par le CEBA.

L’équipe présente les fossiles récemment découverts du paresseux géant aux élèves du Journal Club du collège Albert Londres 2 de Saint-Laurent-du-Maroni ©Collège Albert Londres 2

Ces kits pédagogiques distribués aux collèges, lycées et à l’Université de Guyane comprennent des reproductions en 3D des premiers fossiles de Guyane, récemment découverts lors des travaux du pas de tir d’Ariane 6 à Kourou. Ces fossiles révèlent l’existence d’un riche écosystème marin daté de -125 000 ans et d’une mosaïque de paysages continentaux, datés de -40 000 ans.

Parés de ces kits pédagogiques et enrichis d’une présentation de la paléontologie en Guyane, premier territoire révélant des fossiles de paresseux géants en France, gageons que les élèves d’aujourd’hui deviendront les futurs explorateurs et exploratrices de demain !

©Pierre-Olivier Antoine

On en parle dans la presse

La découverte d’un fossile de paresseux géant en Guyane, ça fait parler ! Ces fossiles ont fait couler beaucoup d’encre dans la presse nationale qui a bien compris la singularité de cette découverte :

Un article extrêmement complet dans Guyane la 1ere

Une vidéo et un article sur “GEO”

Une interview de Pierre-Olivier Antoine dans France Info

Mais aussi :

Le Monde, Europe 1, Paris Match, le Dauphiné, Nice Matin, Démotivateur, France 3 Région.